jeudi 17 avril 2014

mercredi 16 avril 2014

A la gloire du nationaliste nazi Stepan Bandera hier en plein Maidan place à Kiev! Pour rappel le lien wikipedia:  http://en.wikipedia.org/wiki/Stepan_Bandera



Pour faire le lien avec cette figure tutélaire de Svoboda et Pravy Sektor, la vidéo de Dmytro Yarosh pour l'élection présidentielle de Mai 2014


vendredi 21 mars 2014

Savent-ils ce qu'ils font?


Est-ce l'entropie en cours du Système magnifiquement décrite par les analystes de Dedefensa ou le survivaliste Dmitri Orlov que nous voyons s'épanouir dans le développement de la Crise Ukrainienne ou bien s'agit-il d'un acte réfléchi de l'Etat profond US dont l' effet recherché serait tout simplement la rupture des relations économiques de la Russie d'avec l'Union Européenne?

Je pencherais a priori pour cette dernière hypothèse qui, si elle se confirme dans les prochains jours/mois/années serait aussi dévastatrice que la première!, mais reprenons les choses point par point:

1) Les négociations du traité d'union douanière/transfrontalier se poursuivent entre l'UE (la Commission Européenne) et les USA et dont la signature est prévue pour 2016. Nous avons également compris que les "chevilles ouvrières" du côté européen sont la France et l'Allemagne soit Hollande (dont le voyage à Washington a permis de souligner l'empressement) et Merkel.

2) Accord Transfrontalier, euphémisme pour signifier la mise sur pied d'une vaste organisation atlantique marquant une division du travail en nette faveur des USA: tous les secteurs dominants pour ces derniers soit le hi-tech (réseaux, nomadisme, 3D, robotisation), le biotech (dont les OGMs avec Monsanto), la nanotech (médecine), la culture (cinéma, musique, TV dont le modèle Netflix), les énergies renouvelables/propres (on le voit en ce moment dans la convoitise "off the record" de Tesla par Google et Apple), la pharmacie, le complexe militaro-industriel (armements, drones, aéronautiques, navires, radars, satellites,etc) se déverseront sur le marché européen avec en prime (on y vient!) une réorientation stratégique des matières premières par la fracturation hydraulique (gaz de schiste) et l'exploitation des sables bitumineux (dont le Canada sera un acteur essentiel). Les USA veulent s'apprêter à redevenir autosuffisants en énergie et exportateurs nets en produits face à un déficit commercial essentiellement sud-est asiatique (chinois) et un USD devant plus que jamais justifier son statut de monnaie internationale sans quoi elle devra abandonner son monopole pour partager ce rôle avec le yuan voire le rouble! 

Face à ce déluge l'économie européenne se réorientera par la force des choses dans les secteurs traditionnels soit l'automobile et les machines outils pour les allemands et l'aéronautique, le ferroviaire, le maritime pour les français. 

3) La crise ukrainienne pourrait être pour les USA le prétexte à une rupture des relations de l'UE avec la Russie. L'idée serait en effet de mettre à mal la fourniture par la Russie de son pétrole et de son gaz (soit approx 90 Mds€ sur plus de 168 Mds€ d'exports russes) et d'ouvrir de ce fait un marché protégé pour le gaz de schiste US qui sera assurément plus onéreux par son transport maritime et donc moins facile à vendre à des marchés non captifs comme la Chine.  

Le rôle du complexe militaro-industriel US ne doit pas également être écarté: l'idée n'étant évidemment de ne pas faire de guerre mais de vendre l'idée d'un glacis technologique hors UE et otanisé prenant appui dans la partie ouest de l'Ukraine devenant de facto une gigantesque base militaire US (CQFD). La question de savoir comment le Système vendra cela est une autre histoire, tout du moins ils n'opéreront pas à visage découvert mais à travers le gouvernement fantôche pronazi de Kiev. La signature d'un accord de coopération avec l'UE sans attendre les "élections" de Mai pourrait confirmer cette vue (pourquoi attendre en effet?!!).

4) Rupture signifiant pour les russes le retrait de leurs avoirs sur les places occidentales (Wall Street et la City) et une réorientation vers les bourses asiatiques, la vente de leurs Bonds US pour 164 mds$, le non remboursement des prêts avec les banques US et européennes soit une déflagration financière massive et principalement occidentale signifiant immédiatement une chute du dollar et de l'Euro au profit du rouble, du yuan, de valeurs refuge comme le Franc Suisse et une explosion du cours de l'or signifiant tout aussi immédiatement la vente possible de ses treasuries par la Chine et donc un collapsus mondial du Système (financier, économique, industriel). 

En parlant de l'Euro et de sa chute naturelle, je parle également de l'explosion en plein vol de la zone du même nom: comment l'Allemagne peut-elle même envisager l'effondrement de son excédent commercial sans sortir par le haut de l'UE et sauver sa peau?!

5) La question lancinante est donc de savoir si de nouveau nous ne faisons pas face à une entropie à savoir une somme d'effets déstructurant sans autres points de mire que le court-termisme, une analyse tronquée des événements, faussée par un rappel continu à l'Histoire comme si l'Histoire était quelque chose de modélisée et pré-constituée alors que nous sommes toujours et tout le temps dans l'inédit et l'imprévu, dans la nécessité de penser librement des situations/états de fait nouveaux et donc forcément exceptionnels ce qui repose donc la question de la qualité des dirigeants du Système !: savent-ils ce qu'ils font??

dimanche 9 mars 2014

mouvements de troupes aux environs de Kherson dans le sud de l'Ukraine près de la côte de la Mer Noire (8/03/2014)









jeudi 20 février 2014

les commentaires sur les commentaires des événements à Kiev ou la terrible propagande du Système.

J'ai décidé de réagir à ce qui se dit dans la presse française et européenne à savoir un tissu de contre-vérités donnant aux citoyens une vision tronquée et manichéenne. Mon expérience depuis 2009 de l'Ukraine et de Kiev en particulier me donne une grille de lecture qui pourra certainement être utile à ceux qui s'intéressent aux décryptages de la doxa dominante.

Après la Lybie et la Syrie, nous voilà donc en Ukraine car d'après la "presse officielle", c'est l'Ukraine qui se soulève, oppressée par le joug du pro-Russe Viktor Ianoukovitch lançant ses forces spéciales de police à l'assaut d'opposants pacifistes épris de liberté et d'Europe, de bien-être économique et de libéralisme entrepreneurial!! Comment en effet faire avaler tant de bêtises au  bon peuple de France et comment surtout le mépriser à ce point!

Quelles sont les forces en présence? Face au président Viktor Ianoukovitch du parti des Régions élu démocratiquement mais non sans corruption (nombreux cas de votes achetés notamment) se dresse une opposition prenant sa source d'une part dans le Bloc Yulia Timoshenko (parti soutenant l'ancienne présidente incarcérée) et dans le Front pour le Changement d'Arseni Iatseniouk et d'autre part dans le parti Svoboda d'Oleg Tiagnibok. Aux premiers s'est vite rallié l'ex-boxer devenu politicien chef de l'Alliance Démocratique Ukrainienne pour la Réforme Vitali Klitschko, sous la bienveillance de l'Union Européenne (France et Allemagne en tête) et des Etats-Unis. 

Les seconds forment la pointe émergée d'un iceberg à la couleur uniformément brune. Svoboda est en réalité un parti néo-nazi portant encore anciennement (il y a quelques mois) la croix gammée de la division SS Das Reich ayant opéré en Ukraine et essentiellement constituée à ce moment là d'Ukrainiens de Galicie (à l'instar de la Division SS Galicia régulièrement commémorée). Rassemblé autour de la mémoire de Stepan Bandera, chef des nationalistes pendant l'occupation allemande mais relooké aujourd'hui par un discours autour de la protection des plus pauvres et du folklore cosaque (voir l'interview sur novopress d'Andriy Voloshyn, chef adjoint des relations internationales de Svoboda http://fr.novopress.info/155442/crise-ukrainienne-entretien-exclusif-avec-andriy-voloshyn-chef-adjoint-des-relations-internationales-pour-svoboda/), ils sont les chefs de file de groupuscules encore plus radicaux dans une opposition à Ianoukovitch et à une Russie qu'ils abhorrent. 




C'est dans ce cadre que les USA et l'UE ont soutenu politiquement et financièrement cette coalition hétéroclite de Maidan, chaque parti y trouvant une alliance de circonstance, en particulier Svoboda résolument opposé à tout ce qui constitue l'UE à savoir l'ultralibéralisme et le multiculturalisme. Et c'est aussi à cause de ces derniers que les événements ont dégénéré occasionnant aux dernières nouvelles 28 morts et plus de 250 blessés tant chez les opposants que dans les forces de police, cette dernière ayant dû intervenir face à l'hostilité des manifestants la plupart armés (revolvers, armes de chasse avec lunette, cocktail Molotov voire projectiles en tout genre dont des pierres). Il est clair aussi que les troupes de police ont été vite dépassées par l'ampleur de la réaction et ont dû utiliser non seulement des gaz lacrymogènes mais aussi des armes à feu (voir par contraste la répression policière massive à New York du mouvement "Occupy Wall Street" essentiellement composé de jeunes gens pacifistes et assis dans la rue!!). 







La conséquence de tout cela est que la ville est aujourd'hui singulièrement désorganisée, notamment des vagues de voleurs en ont profité pour des pillages d'appartements dans le centre ville. 







Le pays et les principales grandes villes (Lviv, Lugansk, Kherson, Kharkov, Sebastopol, Odessa) ne bougent cependant pas et attendent une réaction d'un pouvoir résolument faible. 

Ianoukovtch principalement empêtré dans ses affinités pro-russes, ses campagnes électoralistes récentes pour reconquérir les régions de l'Ouest autour d'un discours plus national et enfin sa crainte de voir geler ses avoirs en Europe de l'Ouest par les autorités de Bruxelles est contraint à l'immobilisme politique tout en espérant secrètement une intervention de Poutine qu'elle soit symbolique, financière (la Russie vient cependant d'accorder un prêt de 2 Mds $ qui vient d'être suspendu en ce 20/02/2014!) voire militaire (ce qui serait catastrophique pour le pays dans tous les cas). 

La seule question qui se pose est la suivante: est-ce que des activistes peuvent à eux-seuls déstabiliser un pays tout en étant uniquement présent dans une seule grande ville? question en induisant une seconde: n'est-ce pas un prétexte pour pousser à une intervention de la Russie et provoquer la dislocation du pays, but inavoué de l'UE (pré-carré de bas salaires pour l'Allemagne, les français étant des idiots utiles) et des USA (élargissement de l'OTAN, ressources agraires et gazières cf accord signé avec Chevron, affaiblissement de la Russie). 

Le grand perdant d'une scission sera assurément l'Ukraine proprement dite, l'essentielle du PIB étant fait par la partie russophone industrielle de l'Est et qui sera rattachée à la Russie. Cette hypothèse n'est cependant pas à exclure au regard de la volonté récemment renouvelée de la Crimée de se rattacher à cette dernière.

dimanche 9 février 2014

Ce qui nous attend pour 2017 et au-delà si nous n'y prenons garde....


J’ai attendu une année  révolue de la présidence Hollande pour pouvoir poursuivre dans l’écriture des perspectives économiques et sociales initiées dans les billets précédents. Les annonces faites jusqu’à présent se sont révélées justes mais imprécises (dans leurs formes principalement) notamment la hausse des taux d’intérêts. Si j’avais vu la corrélation entre l’inflation sur les prix à la consommation dans la zone Euro par la hausse des matières premières (notamment fruits et légumes), je n’avais pas anticipé la forme de la remontée de ces taux !

Ma démarche n’était pas pour autant dénuée de rigueur à savoir qu’en vertu de la théorie néoclassique quand les prix montent, la machine doit être ralentie par une hausse des taux d’intérêts et une baisse de l’offre de monnaie: l’inflation est en effet par nature antisociale, elle nuit immédiatement aux plus démunis et tend à enrayer le profit par une augmentation des coûts de la main d’œuvre, celle-ci étant (toujours utile à rappeler!) ce qui constitue la base de la demande de consommation.

Pour mémoire après 2009 une énorme masse d’actifs financiers toxiques a submergé les marchés financiers en détruisant les actifs des méga-banques accumulés dans le courant des années 90s et déclenché une vague sans précédent depuis l’après-guerre de prêts/subventions/aides étatiques qui a eu pour seul effet de faire exploser les dettes de ces mêmes Etats !

Il était cependant encore possible dans ce contexte de faire quelque chose de raisonnable à savoir de remonter les taux de refinancement de la BCE pour d’une part lutter contre l’inflation continue par les coûts sur les matières premières et d’autre part mettre en place face à cette énorme demande de refinancement des banques une véritable digue contre tout risque de dépréciation monétaire (risques de nouvelles bulles spéculatives ou d’hyperinflation dans des économies au PIB stagnant) tout en poursuivant le financement des entreprises et des ménages ! La remontée des taux de la BCE c’était aussi en su l’avantage de faire baisser légèrement l’Euro et de donner quelque peu d’oxygène aux économies hors Allemagne (j’y reviendrai plus loin).

L’exact contraire a en fait été choisi par Draghi et ses complices!: à des taux obligataires élevés traduisant un risque accru, le refinancement par la BCE a été abaissé au quasi-nul faisant de celle-ci de facto une structure de défaisance autrement dit une Bad Bank ! Les banques vont dés lors récupérer des liquidités colossales mais insuffisantes( !) pour altérer la toxicité de leur bilan et se retrouver confrontées à l’alternative suivante: soit baisser les taux de prêts aux entreprises et ménages induisant une accentuation de l’inflation, une hausse de l’Euro et une détérioration des balances commerciales des autres Etats à l’exception de celle de l’Allemagne OU la quasi fermeture aux prêts enrayant l’inflation mais tirant l’Euro vers le bas !  

Cette dernière solution fut donc adoptée représentant un point inédit dans le mépris porté aux solidarités nationales et dans la rapacité ultralibérale conduisant les méga-banques bon gré mal gré à assécher l’économie, ces dernières étant depuis le milieu des années 90s (soit donc au début de la globalisation) le seul relais à la déflation salariale et au ralentissement de l’économie mondiale.

Au-delà en effet de la baisse continue d’indices fondamentaux comme le «  Baltic Dry Index », les banques avec la complicité des Etats en fournissant le crédit nécessaire à la baisse continue des revenus dans l’OCDE savent aussi que l’économie réelle est dans l’incapacité d’absorber une masse de liquidités bon marché sauf à porter atteinte à l’intégrité même de la monnaie (en l’occurrence l’Euro) !

L’oligarchie (le Système) en assuma donc la récession induite (et rapide), l’endettement exponentiel des Etats face aux baisses des rentrées fiscales et l’austérité idoine seule à même de redresser la baisse de ces mêmes rentrées fiscales !! La ligne de mire étant enfin claire à savoir la réduction des dépenses publiques (« There Is No Other Alternative ») et l’augmentation des marges des actionnaires (pour compenser la dépréciation tendancielle de l’Euro: si les prix baissent, l’Euro baisse !) par des exonérations diverses et variées (le fameux pacte de responsabilité du traître Hollande !), nous pouvons dès lors facilement tracer un schéma nous menant vers 2017 et au-delà.

1) Evolution Euro/USD

La dépréciation de l’Euro va améliorer la balance commerciale allemande sur les marchés hors zone Euro tout en baissant les marges des entreprises (mais aussi le rythme des investissements en Dollar de l’oligarchie financière) ce qui aura pour effet majeur la poursuite de la réduction du « coût du travail » en clair la diminution des salaires en Allemagne et la fin quasi-définitive de l’âge d’or de sa classe moyenne!

Ce qui est aussi certain, c’est qu’un Euro même légèrement déprécié n’aura absolument aucun impact sur les autres économies de l’Euro-zone si ce n’est une nouvelle baisse des marges pour les entreprises exportatrices: en quoi en effet des prix baissiers avec des salaires baissiers et des balances commerciales déficitaires peuvent-ils changer l’état des choses?!! Inversement les politiques, Hollande en tête, communiqueront sur l’amélioration infinitésimale du PIB !!: une légère embellie des exportations sur une baisse globale des importations sera toujours le signe pour eux d’un triomphe digne des 30 Glorieuses !    

2) Maintien du commerce extérieur allemand

Pour reconstituer leurs marges, les entreprises allemandes vont premièrement poursuivre les baisses salariales et les délocalisations hors zone Euro à l’Est de l’Europe, Croatie en tête mais aussi Romanie, Bulgarie et Ukraine bien sûr (ceci expliquant cela!).         
La BCE va dans un second temps relever son taux directeur afin que les banques les plus solides reprêtent suffisamment redonnant une impulsion modérée au commerce intra européen mais surtout réappréciant l’Euro à son cours d’avant 2012.

 3) La phase ultime de l’Euro

L’euro deviendra une monnaie commune de facto avec deux cours pivots : un officiel pour l’Allemagne qui sera en réalité l’Euro actuel et un officieux pour les autres Etats membre de l’Euro-zone arrimé au dollar US et dont le traité USA-UE constitue une préparation à ce qui permettra aux politiques de sortir par le haut en arguant que l’Euro est « capable de s’adapter » et « de se déprécier pour relancer nos économies ! «  sauf que l’Euro à ce moment-là sera un dollar déguisé!!

L’avantage au final sera de donner du mou aux partisans de la sortie de l’Euro en leur faisant miroiter un retour à l’indépendance et à la dévaluation qui sera certes réelle mais contenu (en effet en quoi l’USD serait plus adapté aux économies françaises, italiennes ou grecques que l’Euro ?!!). Tout ceci permettra aux banques allemandes (incluant la zone d’influence : Pologne, Hongrie, Slovénie, Croatie)  d’acheter un maximum d’actifs tout en minimisant les pertes immobilières du passage en Dollar dans l’immobilier « prime » en France ou en Italie par exemple.

4) Poursuite en Europe de l’intégration bancaire

La titrisation sera poursuivie tout simplement parce que les banques n’ont plus que les marchés de dérivés comme sources de profits, dérivés d’ailleurs alimentés par les bulles spéculatives elles-mêmes alimentées par les Quantitative Easings (QE) de la FED (pas près de s’arrêter, juste au mieux de se ralentir !)! Il y aura donc de plus en plus de collatéraux faibles et de crises multiples (on le voit arriver avec les BRICS) d’où la nécessité de s’assurer l’aide éventuelle des Etats membres. Une série de « stop and go » en quelque sorte nous attend (voir chapitre suivant)!

5) Assainissement à marche forcée des Etats de la zone Euro

La lutte contre la dette excessive et les déficits publics vont contraindre les Etats à baisser leurs dépenses et poursuivre l’austérité ce qui aura pour conséquence d’engendrer encore plus d’austérité et de diminuer encore plus les dépenses !, « Stratégie du Choc » oblige (cf le fabuleux ouvrage de Naomi Klein du même nom)!: l’UE poursuivra donc la création de structures ad-hoc à l’image du MES le but ultime étant au final de piller les patrimoines privées (voir ce qui s’est passé à Chypres ou les recommandations du FMI).

6) Rapprochement et intégration des marchés européens et américains visant d’une part à démanteler les marchés protégés à l’instar de celui de la SNCF en France et d’autre part à favoriser les rapprochements capitalistiques des grands groupes, banques incluses (accessoirement à fluidifier les marchés du travail nationaux !).

7) Les USA

- Consolidations du secteur militaro-industriel, des secteurs de pointes (nano-techno/bio-techno/génétique/intelligence artificielle), de l’« entertainment » (cinéma 3D ; réseaux sociaux), des produits financiers, des matières premières. Maintien in fine d’un USD stable à long terme et volatil à court terme via QEs réguliers.

- Poursuite de l’abandon des secteurs de basse et moyenne gamme tels que l’automobile, l’habillement, etc au profit de l’UE et des BRICS.

- Fin de l’alimentation en prêts de l’économie réelle à l’image de ce qui se passe dans l’Euro-zone. Reconstitution des bilans des banques US par le financement des secteurs de pointe dont les débouchés restent la possibilité pour les USA d’être le premier fournisseur mondial, l’avenir n’étant pas pour eux dans les produits finis mais dans les composants (nano/bio/hi-tech), les matières premières et agricoles (OGM notamment), l’industrie culturelle et la titrisation.

- Poursuite des bulles spéculatives dans les BRICS par l’effet collatéral des QEs et « containment » par des structures ad-hoc.

8) émergence de zones monétaires

- EURO/USD

- zone Rouble

- zone Yuan

- Zone Amérique Latine

Quid des monnaies isolées telles que le Yen, le Dollar australien, la Livre Sterling et le Franc Suisse. Absorption ou refuges ?

Conclusion : comment sortir du piège? ou les élections présidentielles de 2017

Quelques soit les résultats des élections européennes, cela ne changera rien pour François Hollande. Il pourra même ressortir gagnant d’une éventuelle cohabitation avec soit l’UMP (forte chance) soit avec le FN (faible chance).

L’enjeu et donc la prise de conscience anti - Système sera l’élection de 2017, l’unique porte de sortie de l’enfer visé plus haut. Je reconnais que je ne me mouille pas trop mais bon, il suffit de voir actuellement les sondages pour voir que les idées anti-systèmes progressent difficilement et pas souvent dans le bon sens (cf Dieudonné, Soral, etc) ! Quoiqu’il en soit il ne s’agit ni plus ni moins de la reconstitution de la vie politique française avec une ligne de démarcation passant par  le communautarisme et l’ultralibéralisme soit d’un côté le PS et l’UMP et de l’autre le FN (je mets de côté le Front de Gauche pris dans ses contradictions entre un discours antilibéral et son acceptation de la division sociale par l’Islam et autre revendications multiculturelles). Le rassemblement autour de la souveraineté nationale signifiera aussi de sortir de l’Euro et des traités constitutifs de l’UE. 

  

jeudi 7 novembre 2013

Part 3: Value, mergin and price

But the growing value is not the price ! the value is the necessity meaning the adaptation of the living to the environment. If the living is not adapted, it will be outmoded and obsolescent and the price will not be dependant on the value but the pressure of the demand to be housed which is to be bad. I want to stress the point the value is not the confronting point of the demand and the offer but the sum of the constituting elements of the building.

For example you have a castle in a deserted zone where nobody lives : the castle has a value which will be its historical dimension, its ornementation and the way of the cutting of the raw materials. The castle will have a big value this way except if the interior living is not adapted to the modern needs (TV/internet connections, high comfort in each room, domotic systems,etc). Moreover if nobody wish to live there, the price will be low even under the value of the castle ! 

So if the value has to be upgraded significantly, the real estate building norms  have to be too ! Otherwise the value will be dropped ! That’s why the investor needs to be very care in his purchase and not to invest in buildings no longer corresponding to the state of the market.

I mentioned the duality or the complementarity between the value and the price and pointed the main feature of the latter which is the market game meaning on one hand an offer of goods and on the other hand a demand based on growing incomes and borrowing capacities.  

I will describe you in a first part the Eurozone housing market.

The housing market is over 100 Billion of Euros being oligopolistic based on some major international groups such as Bouygues, Nexity, Vinci in France, ACS in Spain, Hochtief in Germany and a myriad of small companies operating mainly as subcontractors.

Margin is fixed between 8% and 17% meaning a price pivoting around 200,000€ for a 3 rooms apt in 2013 (by the way the prices are kept by the builders outside the impact of the crises but i will be back on that later) so if i told you earlier is true you have to add the added annuel value + this margin and you will get a price for the same good around 400,000€ in 2020 meaning a growth of 13-14%/year ! which seems outstanding but understandable if i take 5% of added value + 8%/9% for the builder.


Well the picture is far from this but an healthy market should work like that! but yes ! we are not in a healthy market !